L'un des sujets les plus discutés à propos des événements de Garabandal, est la prétendue prophétie des "trois papes", ainsi que l'annonce d'une "fin des temps" imminente. Le sujet est si délicat qu'il peut être très mal compris et interprété. Par conséquent, nous allons réfléchir sur les informations dont nous disposons, en faisant très attention de ne pas faire d’interprétations qui ne nous appartiennent pas et qui ne relèvent que de l’Église.

C'était le 3 juin 1963. La nouvelle du décès du pape Jean XXIII venait d'arriver à Garabandal et Conchita avec sa mère, est sortie en direction de l'Église pour prier pour le repos éternel du pontife. Sur le chemin, Conchita a entendu en elle la voix indiscutable de Notre Mère qui lui a dit : « Après ce pape, il n'y en aura plus que trois ; et alors [ce sera] la fin des temps ». 
Puis, la Vierge précise que, même si elle dit qu'il ne reste plus que trois papes, il y en aurait un autre, mais qu’il "gouvernerait l'Église pendant très peu de temps" et c'est pourquoi elle ne le comptait pas sur cette liste. Il y a des témoins qui affirment avoir entendu cette précision avec Conchita au cours du même mois de juin 1963. Cela signifie qu'en une seule phrase, notre mère aurait fait deux prophéties :

1. Il n’y aura que trois Papes et ce sera la "fin des temps".
2. Comme pour nous assurer que la première déclaration est vraie, Notre Mère nous offre un signe : il y aura vraiment un pape de plus, mais son pontificat sera si court qu’Elle ne le compte pas dans cette annonce.

Nous savons tous qui est ce pape du pontificat si éphémère qu'il n'influence pas les destinées de l'Église : Jean-Paul Ier, pape du 26 août 1978 jusqu'à sa mort, le 28 septembre 1978. Après 33 jours de pontificat, le pape Luciani répond exactement à cette prédiction exceptionnelle, impossible à prévoir en 1963. Les trois papes de l'annonce seraient donc Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI. Et après l’arrivée du pape François, le temps où la "fin des temps" devrait arriver, aura commencé.

Mais qu'est-ce que cette annonce signifie vraiment ? J'insiste pour que nous soyons très prudents et humbles lorsque nous essayons de l'expliquer. Autant que Soeur Lucia de Fátima l'était lorsque le troisième secret de Fatima a été publié en 2000. Le P. José Luis Saavedra explique que le Saint-Siège, avant de publier une interprétation du Cardinal. Angelo Sodano, « l'a présentée à Sœur Lucie pour connaitre son opinion et pour voir si elle partageait cette interprétation : sœur Lucie - explique le cardinal Ratzinger - a répondu qu'elle a reçu la vision, pas son interprétation ». L'interprétation, a-t-elle dit, n'est pas de la compétence du voyant, mais de l'Église ».

Le voyant ne peut pas se risquer à interpréter les messages qu'il reçoit. Son devoir est de les transmettre à l'Église pour qu’ils soient soumis à étude et à une interprétation autorisée. C'est pourquoi, également à Garabandal, Conchita a laissé l’Eglise seule juge de l’affaire. Et c'est ce que nous devons faire. Ne pas risquer une interprétation libre qui pourrait nuire à notre foi ou à la foi des autres. Comprendre un message provenant d'une révélation privée nécessite généralement de longues années de maturation. Parfois, nous devons même attendre de voir les événements prévus se réaliser. Mais c'est que la prophétie dans l'histoire du salut ne peut être confondue avec la divination, ce n'est pas simplement prédire des événements futurs, mais c'est toujours un appel à la conversion. La prophétie révèle la Volonté de Dieu, plus pour le présent que pour l'avenir : c’est un appel à nous convertir aujourd’hui, sans attendre les faits prophétisés qui n'ont qu'une mission de signe, de confirmation de l'intervention de Dieu dans l'histoire.

Les paroles de Notre Mère sont : « Après ce pape, il n'en reste plus que trois ; et viendra [ensuite] la fin des temps ». L’adverbe "ensuite" - comme le souligne à juste titre le père José Luis Saavedra dans son livre " Garabandal, message d’espoir " - ne signifie pas "immédiatement". « Fin des temps » et « fin du monde » ne signifient pas la même chose, et Conchita a répété cela maintes et maintes fois. "Il ne reste plus que trois" ne signifie pas qu'il n'y aura plus de papes, ni d'Église, ni que l'humanité disparaîtra. Nous devons éliminer tous ces lourds nuages noirs de notre tête et de notre imagination. « Il n'en reste que trois ; et viendra [ensuite] la fin des temps » signifierait simplement qu'il ne restait plus que trois Papes avant que cette mystérieuse « fin des temps » ne commence. Ensuite, il y aura toujours des Papes, l'Église et le monde continueront d'exister. Mais nous serons entrés dans une nouvelle période de l'histoire de l'Église.

Notre Mère à Garabandal n'a dit que ce qu'elle avait dit et nous ne devons pas nous risquer à ajouter un autre mot. Cependant, nous ne pouvons pas nier que nous vivons un moment d'une grande importance pour l'histoire de l'Église. En écrivant ces lignes, en juillet 2019, j'ai lu un commentaire du Cardinal. Reinhard Marx, Président de la Conférence épiscopale allemande, dans lequel il déclare que nous ne sommes pas en période de changement, mais que nous sommes "en train de changer de temps". Et il ajoute : "Celui qui ne le voit pas doit adapter son intellect." Le Cardinal Marx ne l’a sûrement pas voulu, mais son observation ressemble de près à l'annonce d'une "fin des temps". Cette fin des temps va de pair avec un moment de grande épreuve et de purification de l'Église. Et ce n’est pas une interprétation, mais c’est ce dont nous sommes quotidiennement témoins. Actuellement, l'Église est fortement testée, persécutée et purifiée. Mais cela ne signifie pas que c'est la fin de l'Église, bien au contraire, si nous sommes fidèles et répondons aux appels de Notre Mère, toute cette situation conduira à un moment de grâce providentiel.

De fait, le P. José Luis Saavedra relie l’annonce de la "fin des temps" à la prophétie lumineuse de Fatima : "Enfin, mon Cœur Immaculé triomphera". Cela semble indiquer la fin d’une période de difficultés antérieure au Triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Pour Santiago Lanús - expert des apparitions mariales actuelles - "la fin des temps", qui commencerait par l'avertissement de Garabandal, "durerait jusqu'à l'annonce du Triomphe du Cœur Immaculé à Fatima". Cette fin des temps serait marquée par une période douloureuse de remises en question et de persécution extérieure au cours de laquelle l'Église, comme l'ont annoncé les filles de Garabandal, donnerait l'impression d'être sur le point de disparaître. Nous souffrons déjà de cette situation mais il ne nous faut pas céder à la tentation perverse de désespérer ou d’entrer dans la voie du morbide, car tous ces événements dont nous parlons viennent du plus profond du Cœur miséricordieux du Seigneur. Nous ne devrions pas craindre les événements futurs, mais nous placer confiants dans les mains de Notre Mère du Ciel, car tout est conçu pour notre bien, afin de nous conduire à une conversion profonde.

Cependant, j'insiste pour que les messages de Garabandal soient interprétés par l'autorité de l'Église avec une prudence et un soin particuliers. En attendant l’arrivée de la déclaration publique finale de l’Église pour Garabandal, travaillons pour notre conversion avec paix et avec le cœur plein de gratitude pour Notre Mère, qui nous aime tant et qui souhaite si fortement notre salut.

Source: SAAVEDRA, J.L., Garabandal, message d'espoir. Santander, 2015. 
José Luis Saavedra, Garabandal